Rapport d'activité pour l'année 2018 - Janvier 2019 - Pierrette.

Si je regarde l'année 2018 deux points positifs me viennent à l'esprit.

Le premier : le bâtiment qui doit accueillir la maternité est terminé, il est beau et nous pouvons être fiers de sa réalisation.

Le deuxième : grâce à Whatsapp, la communication est très facilitée et nous échangeons entre nous fréquemment.

En 2017 la récolte avait été désastreuse et de nombreuses familles ont été en difficulté, surtout celles qui n'avaient personne dans la migration. Nous ne savons pas combien de cas de malnutrition sont apparus. Nous avons lancé un SOS par Internet et nous avons pu donner 15 euros par famille. C'est peu, insuffisant, et nous ne sommes pas sûrs d'avoir atteint tous ceux qui en avaient besoin... Or ces années de sècheresse risquent d'être fréquentes et la lutte contre la malnutrition va être un souci récurrent. Cette année 2018 a été plus favorable sans être comparable aux années d'un passé encore récent.

Bravo à la jeune association AEEM (Association des Elèves et Etudiants de Melga) qui a organisé une journée spectacles de sensibilisation à Melga pour lutter contre le mariage forcé et précoce des jeunes filles, et contre l'analphabétisme. L'idée du bien fondé de l'éducation a porté ses fruits. Trop d'enfants se sont présentés à l'accueil à la rentrée : la première classe (CP) s'est retrouvée avec 145 élèves ! Les enseignants affectés par l'Etat ont été de trois en primaire pour 6 niveaux. L'ADM paiera un salaire mensuel (70 euros) encore cette année à deux enseignants supplémentaires.

Une classe de rattrapage est arrivée à Melga et l'Education Nationale a félicité les villageois pour leur ouverture à la promotion de l'école. L'UNICEF a affecté des fournitures scolaires pour ces enfants. L'école de Melga a 450 élèves. L'effectif a beaucoup augmenté. Et aux dernières nouvelles l'école fonctionne, ce qui est rare au Mali !

L'année 2019 devrait être dédiée à la santé. Max et Marie-Reine devaient faire le point en octobre dernier en allant à Melga avec un médecin et un kiné. Leur voyage a été annulé vues les consignes de l'état français données à ses ressortissants de ne pas aller dans cette région frontalière. Néanmoins, devrait se constituer autour de Max et Marie-Reine un groupe qui devrait prendre en charge le fonctionnement de la maison de santé, maternité comprise. Il y a beaucoup à faire car il semble que le personnel de santé actuel devrait être renouvelé.

Nos projets congélateur pour faire de la glace, jardin collectif d'un groupe de femmes, n'ont pu aboutir pour des raisons diverses : concurrence avec des particuliers, difficulté du choix d'un terrain, problème  du au fait que l'ADM ne voulait pas financer mais proposer un micro-crédit. Les personnes qui au départ étaient partantes n'ont pas osé s'engager. Mais on peut se féliciter que les jardins maraichers individuels soient nombreux : il semble que pour lutter contre les aléas climatiques, le maraichage soit bien compris et prenne de l'extension. Il faudrait aussi planter des arbres. Sérénati a parait-il commencé, chaque carrée prenant en charge la plantation et l'entretien d'un arbre. Exemple à suivre...

Tous nos encouragements aux enfants de Melga. Bonne année 2019 !